Villes Fantômes, François Dumeaux (8′, 2014)

Licence : Creative Common - Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale, Partage à l'Identique

En 2011, lors du tsunami et de la catastrophe nucléaire qui en a découlé, j’ai composé イカルス (Ikarusu), en réaction au trop plein d’émotion et parce que je ne savais pas bien que faire d’autre.

Aujourd’hui, la catastrophe nucléaire n’est pas terminée : la radioactivité est là pour longtemps et de l’eau contaminée continue de s’échapper de la centrale.
Comme lors de la catastrophe de Tchernobyl, des villes, des maisons ont été abandonnées.

J’ai pensé cette nouvelle pièce comme un écho ou une séquelle de celle de 2011.
Nous ne sommes plus dans l’irruption du tragique : rien de spectaculaire ici, mais de la durée, de l’omniprésence diffuse, du parasitage.


Minamisoma 2012 – photo DB

Les formes et les matériaux ont volontairement été réduits au plus simple – les seules sources sonores ont été un EMS Synthi AKS et les longues ondes radiophoniques.


Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Projet

Carte

François Dumeaux