Avec Chris Marker, Gaël Segalen, cinéma pour l’oreille, 18’01

Licence : Creative Common - Paternité, Pas d'Utilisation Commerciale

Création de cinéma pour l’oreille pour diffusion live sur 6 points, dans le cadre de la table –ronde de la BPI, 30 novembre 2013, Centre Pompidou, rétrospective « Planète Marker ».
La version proposée ici  a été remixée en réduction stéréo –

Libre interprétation du monde sonore de Chris Marker, à partir principalement de ses oeuvres japonaises : « Sans Soleil », « Level Five », « Mystère Koumiko », de mes sons ainsi que d’autres citations.
« Idéalement japonais » : inventer le japon c’est le connaître, disait Marker.
J’ai voulu affirmer ici un état de coexistence et que cette diffusion dans la salle de cinéma (spatialisation sur 6 points en rotation), et aujourd’hui dans ce mix stéréo pour la version internet, tienne les auditeurs entre veille et sommeil.

« Ainsi, chez Marker, le Japon est ce « dépays » qui en nous dépaysant, nous réveille dans le sommeil par des images cinématographiques pour les apercevoir comme telles, où le temps et l’espace se croisent » citation de l’article de Emi Koide, « Le Japon selon Chris Marker »,
Revue Appareil – n° 6 – 2010
http://appareil.revues.org/1107

« Le Mystère Koumiko », issu de « Commentaires 2 » par Chris Marker – 1967 – aux Edition du Seuil

 


Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Projet

Carte

Gaël Segalen